Why so serious ?

10.12.10

Firstly.

Je suis Scar, 18 ans, étudiante. J'ai depuis longtemps une tendresse particulière pour les mots, et j'écris depuis désormais huit ans. Je me suis tournée très tôt vers la lecture, puis la poésie, puis la musique. Et j'ai abandonné tout ça pour l'écriture, la vraie. J'ai commencé à dix ans à rédiger des histoires, sur des cahiers d'abord, maintenant sur un pc. Cette passion s'apparente plus à un besoin vital qu'à une envie, au même titre que manger ou dormir. Même si c'est pour raconter rapidement ma journée, j'ai besoin chaque jour d'aligner quelques phrases. Comme la purification, l'écriture est à mon sens et dans mon cas précis, quelque chose qui me vide, me soulage.
J'aurais des centaines de pages à noircir si j'en avais le temps, et c'est notamment pour cette raison que je me suis créé un compte ici. Parce que c'est précisement à ça qu'il va me servir. J'ai un réel besoin de transcrire ce qui traverse mon esprit par écrit, car personne ne me connaît assez pour pouvoir me comprendre. Et généralement, je n'ai même pas besoin de réponse : il me suffit de me raconter pour aller mieux. Bref, c'est ce que je ferais ici.

Bonne visite.

Posté par scarpoy à 21:52 - Permalien [#]

If we meet again

Ce que j'aime, ce qui me plaît, ce qui m'attire.
L'art. La musique. La liberté. L'indépendance. Peindre. Me jeter sur mon baladeur dès qu'un cours est fini. Dessiner au crayon de couleur. Faire des grimaces. Ma vision des choses. Regarder un film sans jamais décrocher. Recevoir de jolis messages sans m'y attendre. Le rêve. Les livres policiers. Les dessins animés. Avoir gardé mon âme de gosse. Voyager. Me sentir fière de moi. Prendre le train. Entendre la pluie qui s'abat sur une vitre ou un trottoir. La littérature. Ecrire. Les corsets. Le respect. Dormir. L'originalité. La créativité. Les costumes d'époque. Lire jusqu'à épuisement. Me servir de mes sens. La nuit. Les nuages qui glissent lentement. Recevoir du courrier. Me moquer des autres. Les blagues nulles. Passer des heures à rien sur Facebook. L'excentricité. La sincérité. La franchise. L'inaccessible. La solitude. Le feu. La passion. La découverte. L'évasion. Me sentir bien. Les animaux. Le son du violon. Les ronrons. Boire à la bouteille. Les talons hauts. Crever de rire pour rien. L'hiver. La neige. L'égalité. Les tatouages, les piercings, tout ce qui concerne le body art. Le cuir. Les films d'action. Qu'on me fiche la paix. La fidélité. Me sentir aimée. Qu'on pense à moi. Les cadeaux, les attentions. L'odeur des bougies. L'atmosphère à la fois pesante et reposante qu'on trouve dans les églises. L'ivresse. Les châteaux. Qu'on me fasse rire. Danser n'importe comment. Embêter mon monde. L'hiver. La neige. L'égalité. Ecrire partout. Regarder les gens fumer. Les génies à la Gainsbourg. Les vieilles chansons. Être étonnée. Les langues. L'histoire. Ecouter les conneries de mon frère. Les vieilles photos. Les grandes villes. Partir. Le changement. La modernité. Avoir l'impression d'être utile. Le jazz. Être bien entourée. Mon chat et mes rongeurs. Mes dreads. Aimer.

Ce que je rejette, qui me repousse, qui m'écoeure.
L'hypocrisie. L'intolérance. Certains mots. Me sentir ignorée. Le manque. Le narcissisme. Les regards de travers. Avoir l'impression d'aller dans le mur. L'ennui. Mon incapacité à m'intégrer. La lâcheté. Les fautes de toute sorte : orthographe, grammaire, conjugaison. La fausseté. La popularité. Les marques. La télévision. La provocation. Me faire rappeler à l'ordre. Ne plus avoir de batterie. Oublier les choses. Perdre. Avoir l'impression qu'il va se passer quelque chose. Le retard. Les sous-entendus. Les préjugés. Mon sens de l'équilibre. Le vide. Les araignées. La saleté. Mes talents de cuisinière. Mes mains. Mes ongles. L'obligation. La norme sociale. Avoir des suées ou la nausée. La maladie. Qu'on m'impose les choses. Ne pas être au courant. Être oubliée. Me sentir mal sans raison. L'amour qui rend faux. Sortir de mon lit. Me réveiller en pleine nuit sans réussir à me rendormir. Quand mon PC rame. La répétition. Le machisme comme le féminisme. Qu'on arrive à me vexer. Mon manque de mémoire. Mon ouïe. Quand tout n'est pas net. Qu'on m'empêche de faire quelque chose. Être réveillée par des cris ou un klaxon. Ne pas obtenir ce que je veux. L'opportunisme. Avoir la migraine. Les voisins. Les commères. Les petites villes. Mon perfectionnisme. Mon caractère, parfois. Qu'on me fasse la leçon. Cette manière d'être trop exigeante. La prétention. La moutonnite. Me faire contrôler. La foule. Le plagiat. La violence gratuite. Avoir trop chaud ou trop froid. Les techniques de drague périmées. Les crises de panique. Qu'on insiste quand j'ai dit non. L'avarice. Les piqûres, aiguilles, seringues, prises de sang. Aller chez le dentiste. Passer à l'oral. Me sentir jugée. Ne pas pouvoir dire ce que je pense. Tricher. Mentir.

Ce que me rend moi, qui me caractérise.
J'adore râler, et je ne m'en empêche pas. Je suis littéralement obsédée par le temps qui passe, et ne pas avoir sur moi de quoi consulter l'heure me rend dingue. Je suis gauchère, j'écris moche, le poignet retourné, une habitude prise très tôt pour arrêter les traînées d'encre. Je n'ai aucun style vestimentaire défini, ce qui me permet de changer totalement d'un jour à l'autre. Il arrive régulièrement que je me fasse les mêmes réflexions à propos de quelque chose avec plusieurs mois, voire années d'écart. Quand je m'ennuie, je sors du papier et un crayon de bois, et je dessine des yeux. Le matin, je suis dans un coltar tel que je ne distingue pas les gens. Pour ne pas être en retard, je peux me mettre à courir en escarpins. J'ai tendance à écouter mon instinct. Je compare souvent les gens à des animaux à cause de leurs traits. Je me moque beaucoup de mes amis, et "morue" reste l'insulte que j'utilise le plus souvent. J'ai un français correct, mais vulgaire. Je peux vivre dans le bordel et un jour décider que tout doit être clean. Je suis contradictoire, un rien peut me faire changer d'avis ou d'humeur. Je suis malheureusement assez influençable. J'ai longtemps vécu seule dans mon coin. Je me ronge les ongles depuis une dizaine d'années à cause d'un stress qui me colle à la peau. Je dis toujours les choses comme je les pense, même si ça doit poser problème plus tard. Je m'énerve très vite, et souvent plus pour des petites choses sans importance. J'ai souvent une chanson qui me tourne dans la tête. Je n'ai jamais été indispensable à qui que ce soit, je suis le vilain petit canard, et même à la fac je suis à part. Je peux devenir extrêmement violente si la situation l'exige. J'aime les animaux beaucoup plus que les hommes. J'ai tendance à écouter les chansons qui me plaisent jusqu'à l'écoeurement. J'aime l'humour noir, choquer, me faire peur. J'ai un vertige ridicule : montée sur une chaise, j'ai peur de descendre, mais en haut d'une tour, aucun problème. Des années plus tard je reste accro aux peluches, aux dessins animés, au coloriage.

Posté par scarpoy à 22:41 - Permalien [#]